Péripéties d’un photophore

J’apprécie beaucoup les Sicis comme matériaux pour mes photophores.
Ce sont des pâtes de verre de très belle qualité, fabriquées en Italie et teintées dans la masse qu’on trouve opaques ou transparentes.

Pour mes photophores, ma préférence va évidemment vers la gamme de pâtes de verre transparentes.

Pour ceux ci, j’avais décidé d’assortir mes Sicis à des rondelles de verre de murano.
Dans ma baguette de verre, je coupais donc des rondelles de différentes épaisseurs pour un rendu plus ou moins profond : grossière erreur.

Le rendu avant la pose du joint était superbe, mais… le nettoyage du joint fut impossible, sans compter les tesselles qui se décollaient les unes après les autres. Pourquoi ???? ça reste un mystère. Ce fut une grande première, mais il faut une première à tout !

Vous me connaissez, je me laisse rarement abattre, donc je recommençais, avec une autre colle et cette fois en coupant mes rondelles de la même épaisseur que les pâtes de verre.

 

 

 

 

 

 

Le rendu étant tout à fait à mon gout sans joint, je vais les laisser en l’état pour profiter encore plus de leur transparence.

Et vous, comment les trouvez-vous ?