Des chutes de bois qui me font penser à des bestioles, une amie qui cherche en vain des patères sympas pour la chambre de ses enfants, il ne m’en faut pas plus pour que ma créativité soit titillée.

J’imagine un premier chat, je vois bien ses moustaches en métal, ses yeux volumineux rigolos, un air fripon….
Pour son costume de parade, j’ai envie d’à-plats de faïence pour contraster avec les petits morceaux de grès cérame mat de la tête.
Il me faudra quelques semaines pour le réaliser, le temps de travailler la faïence et surtout qu’elle passe en cuisson.
En effet, le four mutualisé dont je dispose fait 200 litres, et ce n’est pas avec mes petites pièces que je le remplis 

Ensuite, je souffre un peu pour l’installation des moustaches, mon premier fil d’aluminium est trop épais, je dois chercher autre chose.
Et puis, ce trou où sera installé la vis de fixation, on ne voit que lui !
Comment le cacher ?           un noeud papillon. Mais comment fait-on un noeud papillon ?    Quel tissu utiliser ?   Comment le faire tenir ?
Toutes ces questions vont m’occuper un moment, mais je finis par trouver la solution,  notamment grâce à ma voisinette. En grande fan de couture, elle a plein de rubans, de biais qu’elle m’invite à essayer à Gustave.

 

 

 

Après Gustave, j’imagine Rosalie sur les mêmes bases.
Mais pour cette 2ème patère, j’ai envie d’un décor plus féminin, ce sera un bouquet de fleurs.

Le travail de la faience est plus complexe, le motif étant plus fin, les découpes se trouvent être plus délicates. S’en suivent des soucis de cuisson.

Lors de la 1ère version (photo de gauche) les couleurs sont fades, l’émail bulle… le résultat ne me plait pas. Je recommence.

Cette seconde version de Rosalie ressemble enfin à l’idée que je m’en faisais. Une minette pétillante.

 

 

 

La prochaine patère sera un chien, Baptiste et Nicolas, les enfants de mon amie Véronique me l’ont demandé